top of page
  • Photo du rédacteurOblik Architectes

Maison passive, l’énergie que l’on ne consomme pas !


Le terme de « maison passive » décrit bien un standard énergétique. Ce n’est pas une marque commerciale mais un concept de construction accessible à tous et qui a été validé par la pratique. Ayant un mode constructif et une architecture libre, ce concept s’applique aussi bien aux maisons individuelles qu’aux bâtiments administratifs et tertiaires.

Les bâtiments passifs respectent un mode de construction « sans chauffage » basé sur deux principes : réduire drastiquement les pertes de chaleur et valoriser les apports naturels de chaleur gratuite. Ce qui permet de faire l’économie d’installations de chauffages et de dépenses de gaz ou d’électricité pour mettre les bâtis à température ambiante.

Le concept de maison passive s’appuie sur 5 principes-clés : l’isolation, l’isolation continue, la chaleur passive, l’étanchéité de l’air et le contrôle précis de la ventilation.

1. L’isolation

Il est assez évident que pour garder la chaleur dans une habitation ou pour la garder fraîche lorsqu’il fait chaud dehors, il faut bien isoler les parois. En effet, les principales pertes se font lors du passage de la chaleur à travers les parois. D’abord, à travers le toit qui réceptionne la montée d’air chaud, puis à travers les murs et enfin le sol.

L’isolation est obligatoirement à l’extérieure. Son épaisseur doit être de 30 cm minimum dans une construction en maçonnerie contre 12 cm dans notre réglementation actuelle. Elle est composée d’un élément fibreux ou en mousse permettant d’immobiliser l’air. C’est cette couche d’air qui va jouer le rôle d’isolation.

Les portes et fenêtres sont considérées comme des parois particulières. On choisit donc des fenêtres performantes ayant une bonne transmission de la lumière du soleil. On utilise régulièrement du triple vitrage dans les maisons passives.

2. L’isolation continue

Le but est d’éviter le principe de pont thermique, cette zone ponctuelle ou linéaire qui, dans l’enveloppe d’un bâtiment, présente une variation de résistance thermique. Il s’agit d’un point dans la construction où la barrière isolante est rompue totalement ou partiellement. Ce qui a pour conséquence de produire des pertes énergétiques. Ainsi, le principe d’isolation continue consiste en un dispositif permettant d’éviter la rupture de la barrière isolante tout en offrant au bâtiment une enveloppe de protection permanente.


3. La chaleur passive

Le principe de chaleur passive est un dispositif d’optimisation qui fait appel à toutes les sources de chaleur naturelle. La chaleur dégagée par l’intérieur de la maison passive ainsi que celle potentiellement apportée par l’extérieur suffisent à chauffer l’habitation. L’orientation du bâtiment est donc importante non seulement pour les besoins de chaleur en hiver mais aussi pour l’impact sur le confort en été. D’où l’intérêt d’intégrer ces paramètres dès la conception du bâtiment et rester dans le cadre du concept bâtiment passif ayant une surchauffe potentielle (t° au delas de 25°C) pendant une période de temps inférieure à 10% de l’année. L’exposition et la protection solaire sont des éléments déterminants dans le concept de maison passive. Pour obtenir de l’apport gratuit, les fenêtres sont placées généralement et généreusement au sud.

À noter toutefois qu’aucune orientation n’est véritablement défavorable. Grâce à une conception plus poussée, une optimisation peut être obtenue dans certain cas. L’ensemble des critères de labélisation des bâtiments passifs font référence à un calcul thermique global tenant compte aussi bien de l’aspect « inert » lié au bâtiment et à son enveloppe qu’à l’aspect « mouvant » lié au mouvement solaire et celui des occupants.

4. L’étanchéité à l’air

Pour éviter les pertes thermiques, une maison passive doit éviter tout passage d’air. Il faut donc faire la chasse à tous ces filets d’air froid si désagréables dans les maisons mal finies. Avant le développement de la ventilation contrôlée, ces passages permettaient le renouvellement de l’air, indispensable au bien-être des habitants. Ils sont dorénavant à éradiquer car ils mettent en péril la performance thermique nécessaire à une maison passive d’autant plus que sa ventilation correspond au seul passage « obligé » de l’air. Tout comme l’isolation, l’étanchéité est donc un critère essentiel dans le concept de maison passive.

5. Le contrôle précis de la ventilation

L’aération d’une maison a pour but d’assurer un environnement intérieur confortable et de maintenir les occupants en bonne santé. Le renouvellement d’air à l’intérieur du bâtiment va permettre d’éliminer les divers polluants qu’il génère. Une maison passive, comme toute maison moderne et confortable, est bien ventilée. Le principe de ventilation mécanique est de faire circuler l’air intérieur de la maison en puisant de l’air à l’extérieur et en l’insufflant à l’intérieur. L’idée est ainsi simple : on récupère la chaleur de l’air sortant pour réchauffer l’air entrant. Ainsi, en période froide, il n’est plus question de faire rentrer de l’air gelé et refroidir la température intérieure !

La maison passive est donc équipée d’une ventilation dite « double flux ». Un flux entrant et un flux sortant passent par un système de ventilation avec échangeur de chaleur. Pour avoir sa place dans une maison passive, ce système doit pouvoir récupérer plus de 75% de la chaleur de l’air sortant pour la communiquer à l’air entrant. Grâce à ce dispositif, la qualité de l’air intérieur est garantie. Par ailleurs, il est désormais possible, pour faire encore plus d’économies, de récupérer la chaleur des eaux « grises » (lave-vaisselle, lave-linge, douche, lavabos) sortantes pour préchauffer les eaux entrantes venant du réseau (ou l’air entrant).

Si ces cinq principes-clés semblent assez simples à appréhender pour obtenir une maison passive et réduire sa facture énergétique, ils nécessitent toutefois un bon savoir-faire pour leur mise en œuvre conceptuelle et opérationnelle. L’enjeu financier peut-être très important et les processus de mise en œuvre ne s’improvisent pas car chaque cas est quasiment unique. Peu d’architectes en France sont certifiés « maison passive » car la formation est très pointue et la sélection est rude. Oblik architectes en fait partie et reste à votre disposition pour vous conseiller sur tout projet relatif à cette innovation de plus en plus pertinente dans l’évolution de l’architecture contemporaine.

Besoin d’un conseil ou d’une évaluation pour un projet de construction ou de transformation ? Contact

Comments


bottom of page